L'histoire de BAGNOLS SUR CEZE

 

L’HISTOIRE DE BAGNOLS SUR CEZE

Il y a plus de 2000 ans, niché au creux d'une colline, dans une boucle de la Cèze (fluvius Cicer), se trouvait un petit village celte. Des Volques Arécomiques, vivaient là, prés de la route qui reliait Némausus à Vasio et à Alba. Vasio, Vaison-la-Romaine, capitale des Voconces, Alba, capitale des Helviens, dont le territoire s'étendait jusqu'à l'Ardèche.

Avec la conquête romaine et la découverte des vertus thérapeutiques des eaux de l'Ancise, le petit village au nom oublié devenait Balnéolae et allait prendre une certaine importance

La petite communauté était installée près de deux belles sources, la petite Fontaine et la Grande Fontaine. Près de la Grande Fontaine une légion romaine de retour d'Egypte construisit un petit temple dédié à Isis. Ses colonnes doriques et, peut être, le frontispice nous sont parvenus et constituent maintenant le porche de l'église paroissiale.

Vers le IVème siècle à l'implantation du christianisme, au temple romain succède un oratoire puis une chapelle. Au fil des âges, celle-ci s'est agrandie pour devenir l'église paroissiale.

Plus au sud, à quelques dizaines de mètres, au bas de la Place Mallet, Place de la Mairie, se tyrouvait une petite nécropole. Au fil des travaux sur la place on découvre chaque fois de nouveaux sarcophages, datés des IVème et Vème siècle de notre ère.

Au XIème siècle, le seigneur majeur de la baronnie de Bagnols était le Baron de Sabran, sénéchal du Comte de Toulouse.

Les XIème, XIIème, XIIIème et XIVème siècle voient la ville se fortifier. Les remparts sont parvenus jusqu'à nous, ceignant encore la vieille ville d'épaisses murailles.

En 1223, création du marché hebdomadaire, le mercredi, par le roi Louis VIII, père de Saint-Louis. En 1309, Philippe le Bel, co-seigneur de Bagnols, ordonne la construction de la haute tour, devenue depuis, la tour de l'Horloge. En 1316, il cède la baronnie de Bagnols, au Cardinal des Ursins : Bagnols devient ainsi une place avancée des papes d'Avignon. Place qui leur sera très utile quelques années plus tard, lorsque, à partir de 1339, débutera la guerre de Cent Ans, avec pour corollaire les exactions des grandes Compagnies et les épidémies de peste.

En 1352 Le Comte de Beaufort de Turennes, marquis de Canilhac, frère du pape Clément VI acquiert les baronnies de Bagnols, d'Alès, d'Anduze et le château de Portes.

En 1360 Pont-Saint-Esprit est pris et ravagé par les Grandes Compagnies. En 1361 après la paix de Bagnols elles se retirent, non sans avoir perçu une rançon de 60000 florins d'or.

En 1384, après les combats et les épidémies de peste il ne reste plus que 115 feux (moins de 600 personnes) à Bagnols (110 à Pont-Saint-Esprit et 80 à Alès).

En 1391, nomination du premier Viguier Royal de Bagnols : Jean André, co-seigneur de Sabran et de Saint-Gervais. Vingt cinq villages dépendent de cette viguerie. En 1420 Thomas d'Alberti de Luynes, panetier du roi, lui succède. Il possède un très bel hôtel place du marché.

En 1453, la paix : la guerre de Cent ans est enfin terminée.

En 1511, la communauté bagnolaise achète la tour Canilhac, pour en faire une Maison Consulaire ou mairie. Quelques années plus tard on y installe l'horloge communale. En 1561-1562-1563, des troubles éclatent entre Catholiques et Protestants. L'église paroissiale est en partie démolie. Le Baron des Adrets ravage la région.

En 1585, le Duc de Montmorency acquiert la baronnie de Bagnols.

En 1606, un important éboulement détruit les sources et captages des eaux de l'Ancise.

1613 voit la création de la première manufacture de soie, bagnolaise, par les frères Giry. C'est le début d'une ère de prospérité pour la ville.

1632-1633, années noires. Le duc de Montmorency est entré en rébellion, auprès de Gaston d'Orléans, contre le roi Louis XIII. Après la prise de la ville, par les troupes royales, les remparts sont démantelés et le château seigneurial rasé en 1633. Le duc de Montmorency est exécuté et le Prince de Conti devient baron de Bagnols.

Pendant de nombreuses années c'est presque le calme et la ville prospère.

26 juin 1753, naissance d'Antoine de Rivarol qui allait devenir l'écrivain et polémiste que tout le monde connaît. 1774, alerte aux loups dans les campagnes. Ceux-ci, pourchassés dans le Gévaudan, sont descendus et s'attaquent aux animaux et personnes isolées.

1780, réalisation de travaux d'adduction d'eau. Début de la construction du Collège et d'un nouvel Hôpital.

1783 le comte de Provence, futur Louis XVIII, devient baron de Bagnols.

1784 - Le premier cadastre raisonné est terminé. Les plans à l'échelle d'une ligne par canne sont remarquables.

1785, sous l'impulsion du docteur et chimiste Madier, quelques bagnolais construisent une montgolfière : Lou Globo. Elle s'élèvera le 18 avril, pilotée par MM. Daroussin et Ballet.

En 1701 la communauté catholique commande au facteur Charles Boisselin la construction d'un grand orgue pour l'église paroissiale. Il sera terminé en 1704.

5 mai 1789- Réunion des Etats Généraux.

14 juillet 1789 - Prise de la Bastille. 17 Août création à Bagnols d'une milice bourgeoise. Le calme revient avec le Directoire et avec le Consulat.

18 mai 1804, proclamation de l'Empire. Napoléon 1er est Empereur des Français. Pendant l'Empire, Bagnols voit se réaliser de nombreux travaux d'urbanisme. Ceux-ci se poursuivent sous la Restauration puis sous le règne de Louis Philippe 1er. Le cadastre Napoléon se termine en 1830.Pendant toute cette période de nombreux bagnolais se sont distingués, notamment : L'Amiral Bompard, Le général Teste, le Vicomte Charrier de Moissard, Capitaine de frégate qui conduisit l'Empereur à l'ile d'Elbe.

1840 voit la création de l'imprimerie Alban Broche qui, pendant près d'un siècle, allait imprimer pratiquement toutes les publications bagnolaises, notamment les gazettes locales comme 'Lou Caléu', notamment..

1851 voit la création de la première compagnie de Sapeurs Pompiers à Bagnols.

En 1852, lors du plébiscite qui voit élire Napoléon III empereur, à Bagnols il y a 1233 oui, pour 11 non !

En 1866, acquisition de l'hôtel Madier (ou Gast de la Ramière), qui devient l'actuelle Mairie. Construction du premier lavoir public Rue du Ruisseau.

1867, création par Léon Alègre, de la Bibliothèque musée, au second étage de la mairie. 1er Musée réalisé en France dans le contexte des musées cantonaux.

1870-1871, guerre contre la Prusse. 10 bagnolais tombent au champ d'honneur.

1877 - Restauration du grand orgue par Aristide Cavaillé-Coll.

27 juillet 1891 - La commune de Bagnols, prend le nom de BAGNOLS-sur-CÈZE, à la demande de l'administration des P.T.T.

1896 - Construction de deux lavoirs publics, le lavoir des Peyrières et le lavoir de la Berque.

892-1896, couverture de la grande fontaine et réalisation du Square Joseph Thome.

1914-1918. C'est la Grande Guerre, dans laquelle 35 nations ont été impliquées. Une garnison de 700 hommes est cantonnée à Bagnols. Trois centres sont créés pour soigner les malades et les blessés. Enfin, le 11 novembre 1918, c'est l'Armistice. La guerre a fait des millions de morts. De nombreux bagnolais sont mort au champ d'honneur, parmi eux le maire, Monsieur Louis Charrier.

1924 - La compagnie de sapeurs pompiers comprend 15 hommes avec un lieutenant à leur tête.

23 novembre 1935 - Foire de la St Clément. Un drame vient endeuiller la ville. Deux lionnes se sont échappées d'un cirque. L'une d'elles tue Monsieur Jules Lamadieu. Elles sont toutes deux abattues. La première rue Fernand Crémieux, par Monsieur Ludovic Pichot, la seconde dans l'actuelle rue de la Lionne, par Monsieur Hippolyte Broche.

Ci-dessous, avec les lionnes, de gauche à droite : Monsieur Ludovic Pichot, un polonais qui à échappé aux fauves et Monsieur Hippolyte Broche.

1938-1939, réalisation de l'adduction d'eau et du réseau d'égout de la ville.

1939-1945, Seconde guerre mondiale. Le 1er octobre 1939, mobilisation générale. Mai et juin 1940, retraite des troupes alliées, exode. Le 18 juin sur les ondes de la BBC, appel du Général de Gaulle. Le 25 juin le Maréchal Pétain demande l'armistice.

Bagnols est en Zone Libre.

De nombreux soldats belges, chassés par l'armée allemande, sont venus se réfugier chez nous.

Le 11 novembre 1942, les troupes allemandes franchissent la ligne de démarcation.

Le 2 décembre Bagnols est occupé par la Wehrmacht qui réquisitionne de nombreux immeubles, notamment les écoles et le collège.

Peu à peu la résistance s'organise dans la région avec le réseau Combat et le maquis Bir Hakeim, puis avec le Corps Francs des Ardennes du Commandant Vigan-Braquet. Mais quarante trois jeunes bagnolais sont requis par le Service du Travail Obligatoire.

1944, Nombreuses rafles par la Gestapo. De nombreuses alertes aériennes obligent les gens à se réfugier dans les abris, ou les collines. Bientôt les troupes allemandes, malgré leur résistance, seront obligées de se replier.

21 août, Violente attaque aérienne. La retraite allemande se poursuit et la ville est libérée le 26 août 1944, par le Commando Vigan-Braquet.

8 mai 1945, Armistice.

14 août 1945, Avec la capitulation du Japon la seconde guerre mondiale est terminée. Mais elle continue pour nous en Indochine. Cette guerre s'achève en 1962, mais la guerre d'Algérie s'enchaîne. Encore des victimes parmi les jeunes bagnolais.

En 1955, Avec la création du Centre Atomique de Marcoule c'est le début de l'expansion démographique et industrielle de Bagnols. Construction d'HLM, création de quartiers nouveaux, La Citadelle, Les Escanaux, nombreux lotissements, etc. Construction de nouvelles écoles, de deux Lycées, de deux CES et d'un Hôpital moderne.

5000 habitants en 1955, en l'an 2000, la ville compte 18000 habitants, elle est devenue la capitale du Gard Rhodanien et un pôle d'attraction pour toute la région.

 

25 votes. Moyenne 2.28 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site